JE FAIS

Qu’est-ce que je fais, me demandes-tu ?

Je fais ce que je suis en train de faire

Je fais ce que je ne fis

Je fais ce que je n’aurai jamais pensé que je ferai

Je fais ce que je dois faire

Pour continuer à exister

Je fais ce qu’est difficile

Je fais en faisant mon présent

Je fais pour mon présent : la Vie !

Je fais pour moi et pour tous

Je fais parce que je dois faire

Je fais les compromis

Je fais pour mon plaisir

Je fais en ne faisant rien

Je fais en le faisant tout

Je fais ce que j’ai eu avoir fait

Je fais ce que j’aurais eu avoir fait

Je fais tous les temps afin d’être

Je fais ce qu’on me demande de faire

Je fais …

Qu’est-ce que je fais?

Je fais ce que toi tu fais pour être toi

Je fais tous les âges

Je fais …

c’est ça que je fais !

cropped-dsc_0102.jpg

La Promenade

 

 

Le voyageur prenait un chemin différent ce jour là

il avançait avec sa pensée entre deux univers que l’hantaient

son enfance d’innocence et tendresse à sa gauche

sa vie stoïque radoucit par la nostalgie de la mer

à sa droite .et,

le sablier inexorable et implacable

faisait sa routine programmée!

De son voyage il ne restèrent

qu’un arbre  et un lapereau

(Jafsc,Port-Daniel 2016)

 

 

 

La Forêt et l’Océan !

 

Je garde dans mon oreille
le grave son de ta voix
Son de la Forêt et du mystère!
Du paysage séculaire,
que sur ta terre, j'ai apprécié

Ta voix sera délicatement gardée
jusqu'au Temps
que la voix profonde de mon Océan
viendra l'accompagner!

Douce amie, merci!

 

La Poésie ne fait pas du mal!

Quelle belle Toile la vie de tous les jours, le quotidien! Les instants – même les plus fugaces- qui servent à se tenir dans l’Océan de la Parole. Parce que pour moi la Parole est un océan. Un berceau d’Eau Primordiale, où les oiseaux et les êtres profonds ont une coexistence ! Où la Vie et la Mort sont toujours en harmonie et il n’y a pas de crimes, seulement équilibres!

Ah, comme j’aime la Poésie qui me permet d’aller dans ces espaces d’air et d’eau; dans ces espaces d’Amour qui bouillonne , qui se transforme de manière vertigineuse en Métaphore vivante et mourante.

Poésie essentielle du Yin et du Yang, source de mes joies et de mes tristesses! Je t’attends sur le quai des pêcheurs ….

Poésie je t’ai abandonné !

Prends doucement le galop dans les ténèbres !

Prends doucement le galop dans les ténèbres !

Poésie je t’ai abandonné en mettant des pièges à la Lumière!

Secrètement, entre les veines du vent

inondé de nuit et des fantômes j’ai senti sa respiration

j’ai connu les désirs ardents de la faim

mes pupilles ont enfanté l’Amour, qui, après être sorti de l’utérus vitrée a lancé

ces pleurs

si  envieux

si oublié.

Mes métiers à tisser ont fabriqué des couvertures silentes et épaisses!

J’ai voulu chanter et crier,  mes mots ont été noués

Après l’accouchement mon temps a été irréel

je ne sais pas dans quels chemins, ni dans quelles  routes ou  sentiers

j’ai été conduit ni par qui!

J’ai seulement vécu les flammes de nuances nouvellement

forgées comme la lune illuminée par le soleil qui l’embrasse avant d’aller se coucher

(jafsc,Port-Daniel,17 août 2013. Trad.Reverso, corrigé par l’auteur)

Cogitatio : La mer de ma pensée!

 

Penser en Mer et Basse continue!

Rapidement les pensées sont venues en tourbillon

L’ outremer était sans cesse devant mon regard intérieur, alors

Oui! Alors…

je m’ai donné à répéter les chants et les rythmes de mon Cœur

À danser les battements si doux et calmes

de la mer de ce jour là !

(jafsc,Port-Daniel,2013)