La Promenade

 

 

Le voyageur prenait un chemin différent ce jour là

il avançait avec sa pensée entre deux univers que l’hantaient

son enfance d’innocence et tendresse à sa gauche

sa vie stoïque radoucit par la nostalgie de la mer

à sa droite .et,

le sablier inexorable et implacable

faisait sa routine programmée!

De son voyage il ne restèrent

qu’un arbre  et un lapereau

(Jafsc,Port-Daniel 2016)

 

 

 

Oh! Comme elle est loin ma maison

Dans la mer il n’y a pas d’avions, ni bateaux sur le ciel, ni paroles que prennent refuge au grenier de mon Silence. Je suis né dans le Silence, fêter le calendrier de mon existence ce n’était pas une chose facile et ainsi commença ma quête de la Maison forteresse, ou Maison château de sabre, peu importe, de celle où certainement au moment de mon passage du Yang au Ying je me réconforterai. Ciel, es-tu habité par quelqu’un d’autre que l’air et ses avions pleins de voyageurs et de touristes?

8 mai 2011

Alors, si je tourne vers le Sud, je ne vois que les rivages

Vers l’Ouest quelques soleils qui prétendent se coucher,

Dans la réalité du bien réel c’est

Nous qui nous couchons

Je l’ai appris d’une sage et vieille dame

Lors d’un repas frontière de l’initiatique

Vers l’Est les fantasmes rouges qu’allaient tout manger, incluant

Tous nos enfants

Vers le Nord, ici où je me trouve

C’est le Grand Nord

Toundra et soleil dormant pour quelques mois para année

Où, dis-moi où te trouves tu ma maison?