André Breton – Manifeste du surréalisme (1924)

Ça vaut le detour!

In Poesia - Filosofia delle poetiche e dei linguaggi

André Breton

Manifeste du surréalisme
1924

Tant va la croyance à la vie, à ce que la vie a de plus précaire, la vie réelle s’entend, qu’à la fin cette croyance se perd. L’homme, ce rêveur définitif, de jour en jour plus mécontent de son sort, fait avec peine le tour des objets dont il a été amené à faire usage, et que lui a livrés sa nonchalance, ou son effort, son effort presque toujours, car il a consenti à travailler, tout au moins il n’a pas répugné à jouer sa chance (ce qu’il appelle sa chance !). Une grande modestie est à présent son partage : il sait quelles femmes il a eues, dans quelles aventures risibles il a trempé ; sa richesse ou sa pauvreté ne lui est de rien, il reste à cet égard l’enfant qui vient de naître et, quant à l’approbation de sa conscience morale…

View original post 12 550 mots de plus

Pensées inquiètes un Samedi matin

Mon coeur s’agite au ritme du sablier

er réalité il s’agit d’une agitation rythmique

d’un aller-retour aux lieux inconnus

C’est le son transparent du vent

qui chante à mes oreilles

le vent espouse la brise por me tranquiliser

mais, 

mon coeur est inquiet ce matin de Silence

C’est le Silence que s’avence à moi,

c’est le Silence du Sablier que marque mon temps

c’est le Silence tant attendu dans cette inquietude

qui peuple cette matinée,

mon coeur suit le rythme et s’agite

au rythme du Sablier
(Jafsc,28 janvier 2017)