Textes et contextes

Bienvenue à cet espace de réflexion!

2013 c’est 2013 et rien d’autre ou surréalistiquement vôtre !

Visite au Temple des Rêves

Visite au Temple des Rêves

Résolution de 2013 : Écrire aussi en français tant que je le peux!!

La nuit porte toujours conseil, c’est souvent cité.
Mes nuits me portent plutôt des rêves, plus saugrenus et incongruents les uns que les autres. Un vrai collage surrealiste !
De ce collage un parcours non inocent. Absolument pas inocent mais bien au contraire : Estomaquant. Dans un couloir se promène un oiseau, il s’agit d’une sorte de Faisan avec tous les couleurs possibles de l’inventaire naturel des couleurs, et, à bien noter, non seulement dans sa queue mais aussi dans le hale de sa respiration. J’aurais bien voulu avoir cet allure rocambolesque et de porter un chapeau à trois pics sans dessus ni dessous. Attention, attention !! Pas question de dire «blanc bonnet, bonnet blanc», comprends-tu? Une sorte de cacophonie des couleurs printanières en plein hiver. Une brise zouave caresse mes désirs. Quels sont-ils mes désirs? Ahhh ceci serait la mane des penseurs analystes qu’oseraient arriver par ici…
Un de ces jours gris sans nuages, mais juste gris un fantastique bateau pris le large, sur le pont un phantôme vêtu en saltimbanqui faisant ses acrobaties sur le mât pricipal, et sans perche…l’imagines-tu?
Ainsi fût que les nuages commencèrent à rendre la vie difficile aux marins sans boussoles ni sextants!

La nuit, la nuit voltigea et cambriola
pleine d’étoiles, pleine de fragrances
seul, seul
le Batelier et sa chanson seule:
une voix mille étoiles !
tous les Arcanes, des souvenances

Du Fou à la Papesse,
du Charriot à la Mort
Osiris dormait profond
Isis regnait miroitante et rondement !

Du Fou à la Papesse,
le faucon voulait sa chair,
mais,
le poète moribond
habillé en squelette et sans Temps
rêva à son rêve saugrenu
d’une nuit parmi tant d’autres
(jafsc,Port-Daniel,4/01/2013)

Discrètement ….

Ça monte l’histoire des cactus, ils sont si capricieux, robustes ses bras,

opaques mais pléthoriques

RIP, RIP, RIP

les assoiffés qui n’ont pas réussi  ni avec leur lames ni avec leurs ongles

doivent se rendre discrets devant les serpents et les scorpions

La discrétion est de mise si vous n’avez participé au dernier bingo

paroissial!

Ou vous n’avez pas étudié l’évangile selon Saint Jean

Les ténèbres sont toujours là

au centre de la Lumière

N’illuminez pas trop le cœur qui bat en sourdine!!

Amen.

Tout va , tout bouge dehors et en dedans aussi …

Tout peut être une prison dans la vie. La photograhie nous sert les humains à construire un pont entre le dedans et le dehors

Il y a des moments dans la vie humaine que ressemblent à des vraies « voies de passage ». Je me trouve actuellement à la veille de passer à travers une de ces voies. Celle, habituellement investie comme le debut de la senescence…

Ma pensée intime est plus en accord avec une nouvelle naissance.

Une naissance vers le dehors avec un sentiment serein de contrôl , peut-être passager, du monde du dedans! Malgré le grand mouvement extérieur, mon intérieur tiens son coup de manière centrée et énergique. Dissons à la façon qu’un capitaine peut tenir la barre de son bateau quand il fait face aux ébranlements de la mer indomptable lors des orages et des tempêtes!

Oh! Comme elle est loin ma maison

Dans la mer il n’y a pas d’avions, ni bateaux sur le ciel, ni paroles que prennent refuge au grenier de mon Silence. Je suis né dans le Silence, fêter le calendrier de mon existence ce n’était pas une chose facile et ainsi commença ma quête de la Maison forteresse, ou Maison château de sabre, peu importe, de celle où certainement au moment de mon passage du Yang au Ying je me réconforterai. Ciel, es-tu habité par quelqu’un d’autre que l’air et ses avions pleins de voyageurs et de touristes?

8 mai 2011

Alors, si je tourne vers le Sud, je ne vois que les rivages

Vers l’Ouest quelques soleils qui prétendent se coucher,

Dans la réalité du bien réel c’est

Nous qui nous couchons

Je l’ai appris d’une sage et vieille dame

Lors d’un repas frontière de l’initiatique

Vers l’Est les fantasmes rouges qu’allaient tout manger, incluant

Tous nos enfants

Vers le Nord, ici où je me trouve

C’est le Grand Nord

Toundra et soleil dormant pour quelques mois para année

Où, dis-moi où te trouves tu ma maison?