JE FAIS

Qu’est-ce que je fais, me demandes-tu ?

Je fais ce que je suis en train de faire

Je fais ce que je ne fis

Je fais ce que je n’aurai jamais pensé que je ferai

Je fais ce que je dois faire

Pour continuer à exister

Je fais ce qu’est difficile

Je fais en faisant mon présent

Je fais pour mon présent : la Vie !

Je fais pour moi et pour tous

Je fais parce que je dois faire

Je fais les compromis

Je fais pour mon plaisir

Je fais en ne faisant rien

Je fais en le faisant tout

Je fais ce que j’ai eu avoir fait

Je fais ce que j’aurais eu avoir fait

Je fais tous les temps afin d’être

Je fais ce qu’on me demande de faire

Je fais …

Qu’est-ce que je fais?

Je fais ce que toi tu fais pour être toi

Je fais tous les âges

Je fais …

c’est ça que je fais !

cropped-dsc_0102.jpg

La Vie et la Mort

Ah mon ami et camarade Luis  Silva, en bon éclaireur tu  es partit avant .Merci de nous recevoir quand nous arriverons!

Où es-tu? Dans quelle Galaxie se trouve le Paradis?  Ou il est au fond de ton âme même?

Pour le moment je parcours mes labyrinthes et je cherche où placer ma tête.

À bientôt ou à plus tard on ne sais jamais!

Je t’embrasse !

 

José Adolfo

ODE À LA VACHE

De ma collection de poèmes aux êtres ou sujets délaissés.

   ODE À LA VACHE 

Être généreux!
Douce vache sacrée, mère de notre nourriture
et de nos enfants affaiblis
te mettons dans un étable
te torturons avec la ferraille

Tes seins de plénitude qu'ont tant donné
aux enfants et aux astronomes
à la vie des reines
source de jouissance, de guérison.
malgré cela te faisons vivre dans un Apocalypse
éternel et constamment aux portes du jugement final

Le Paradis devrait être ton pâturage en réalité
pour toi et toutes tes sœurs, tes mères et tes
grand-mères, et toute génération d'arrière-arrière grand-mères
Combien de vies, combien de palais comblés par ton lait sacré
tellement tu nous as donné

Ta chair, une offrande de sacrifice à chaque jour
et notre rétribution où se trouve-elle?
Ne m'oblige vache généreuse, ne m'oblige à confesser mon gêne
ne m'oblige à te dire le plein de violence qu'habite notre espèce,
ne m'oblige à cacher ma tristesse
quand je me regarde dans tes pupilles douces et innocentes
Je n'existe plus dans ton regard d'Amour et de tendresse
toujours prête pour affronter le sort que t'infligeons!


La Vache est si innocente !

La Vache est si innocente !

Sans Titre !

Quand la Page est blanche, il est difficile de sortir les images et les mots qui sont cachées dans le Blanc. Comment faire? Comment produire quelque chose que puisse construire un pont entre celui qui écrit et celui que lit?  Éternel problème dont les solutions se comptent par myriades. Combien de belles façons et de moins belles aussi!  Nous tous, confrontés à ce dilemme avons dès notre arrivée au monde la « créativité primaire » heureusement et outillés ainsi  nous essayons de trouver les matériaux pour la construction de l’intérêt mutuel. Il faut dire que la langue française n’est pas ma langue maternelle, mais ‘presque’ après de nombreuses années à l’habiter et m’en laisser imbiber. C’est la raison du pour quoi j’ai commencé à activer ce blog en Français afin de faire des ponts avec mes amis francophones qui m’ont bien accueilli. Ce ‘post’ n’a pas de titre. La raison est simple : le Titre est la Porte d’Entrée à un écrit, habituellement je le place à la toute fin mais cela dépend si je peux ou non faire une synthèse pour laquelle j’ai la clé! Aujourd’hui je n’ai pas de clé! Mais vous êtes invité ou invitée à me faire part dans vos commentaires quel Titre nous, vous et moi,  pourrions proposer !