Délire

Délire

Une ronde majeure des corps
oubliées en arrière le Verbe
nous chantons sans chanson
sans paroles, runruneons
seuls en face du monde absent
commodément assis.
Comment chanter sans résonance?
seulement le soliloque
et les petits lapins sortent un à un du chapeau du magicien

ils veulent connaître,
mais personne ne se dévoile,
c’est le truc!
La passe et le truc, le truc et la passe
Depuis l’arrière scène j’écoute à peine des murmurs distants
embrouillés
Je prends la graine et je délire
sans folie,
simplement je délire avec le chœur en sourdine
Ah ! Que c’est bon délirer, que c’est bon de délirer!

(jafsc’2010)

Je suis la lumière de l'autre coté de la réalité. Notre réalité est si fugace!

Je suis la lumière de l’autre coté de la réalité. Notre réalité est si fugace!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s